Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 13:35

Schola-1--Gare-Montparnasse--22-octobre-1895.jpg

Ne soyez pas surpris de trouver dans le blog cette photo très célèbre de la locomotive sur la façade de la Gare Montparnasse, fin octobre 1895. Voici ce que nous dit René de Castéra sur la première Schola dans Dix ans d'action musicale (La Tribune de Saint Gervais, février 1901, p. 50) : "Charles Bordes se mit donc en quête d'un local ; un pur hasard lui fit découvrir celui de la rue Stanislas, où devait être fondée l'Ecole. Depuis quelque temps déjà il fouillait en vain divers coins de Paris quand, un jour, il fut attiré par le spectacle surprenant de cette locomotive qui, après avoir traversé la gare Montparnasse, s'était abattue sur la place, en contrebas de celle-ci, sans avoir réussi à descendre la rue de Rennes ; l'encombrement dû à cet accident l'obligea à prendre le boulevard Montparnasse, et c'est ainsi qu'il aperçut à l'angle de ce boulevard et de la rue Stanislas un petit immeuble à louer, adossé à la chapelle du patronage de Nazareth ; l'ayant visité, il se rendit compte qu'il était bien approprié aux débuts de l'Ecole et il le loua."

Le texte ne le dit pas, mais on imagine aisément l'émotion de ce grand utilisateur des chemins de fer qu'était Charles Bordes. L'accident ferroviaire de la gare de l'Ouest (c'était son nom officiel) a eu lieu le 22 octobre 1895. La locomotive resta 4 jours suspendue avant d'être dégagée. Cliquez ici, si les trains vous passionnent aussi.

La création de l'Ecole avait été décidée dans le bureau de La Tribune de Saint Gervais, rue François Miron, au cours de réunions le 6 et le 15 juin 1894 (cf Bernard Molla, Thèse, Tome I, p. 67 et suivantes). Dans une lettre à André Pirro du 5 mars 1896, Charles Bordes écrit : …nous venons de signer notre bail pour notre école de musique religieuse sise 15, rue Stanislas près ND des Champs. (cf Bernard Molla, Thèse, Tome III, p. 130). Dans une autre lettre, il dit que le loyer doit être donné à M. Trouille, représentant légal du Patronage. C'est la date du mois de mars 1896, très importante, que cite René de Castéra en l'attribuant par erreur au fameux accident de la locomotive.

On lit, dans la Tribune de Saint Gervais (mars 1896, p. 42) : "…la Schola Cantorum vient de louer un immeuble, situé à Paris, 15 rue Stanislas, à l'angle du boulevard Montparnasse. C'est un corps de logis absolument indépendant, ayant façade sur la rue et sur le boulevard, parfaitement aménagé pour les classes, études, conférences, répétitions particulières, la bibliothèque." C'est une présentation fort riante d'un local dont l'exiguïté était la caractéristique. René de Castéra note (La Tribune de Saint Gervais, février 1901, p. 51) : "le local était assez restreint, n'ayant qu'un seul étage. Ce corps de logis, qui n'avait d'autre avantage que d'être absolument indépendant, put contenir au rez-de-chaussée un bureau d'édition, le cabinet du directeur, le secrétariat et 3 classes ; puis au premier étage, auquel on accédait par un petit escalier en colimaçon, une autre classe servant de bibliothèque et l'appartement de M. Bordes." Ce dernier y aménagea en avril 1896. Dans une lettre à André Pirro du 21 avril 1896, il écrit : "Pardonnez-moi mon silence ;  je peins, je plombe, je cogne, je colle ; mes ouvriers sont d'une lenteur désespérante et je déménage après-demain." Sans doute Charles Bordes allait-il quitter son entresol de la rue La Rochefoucauld.

Pour la 3e année de la Schola (1898-1899), avec le succès de l'Ecole, dix enfants furent recrutés. René de Castéra écrit : "La Schola leur donna un enseignement gratuit, et aussi la nourriture, le logement, etc. A cet effet il fallut de nouveau transformer le local de l'Ecole ; de l'appartement de M. Bordes (dont la chambre avait dû être réparée, une poutre ayant pris feu sous le foyer de la cheminée) on fit le dortoir des enfants, avec, à côté, la chambre de leur directeur et le réfectoire."  

Les lecteurs comprendront pourquoi nous donnons tous ces détails : il ne reste plus rien de la première Schola. Même le 15 rue Stanislas n'existe plus. Il y en a une image (non sourcée, est-elle crédible ?) sur une feuille paroissiale montrant l'église en 1875. En scrutant, on voit sur la droite un bâtiment à un étage qui aurait pu abriter la Schola Cantorum :

Schola-1--gravure--ND-des-C-en-1875--detail.jpg

Actuellement, voici ce que l'on voit depuis le square Ozanam :

Schola-1--15-rue-Stanislas--BC--26-fevrier-13.JPG

ou bien en allant plus au fond du square :

Schola 1, Square Ozanam, boudichouti, 761850461

A droite, c'est l'église Notre Dame des Champs, dont nous allons reparler. On n'est pas très loin de la Tour Montparnasse, visible sur cette photo de la rue Stanislas, juste en arrivant au n° 15 :

Schola-1--emplacement--BC--26-fevrier-13.JPG

Derrière nous, séparé de la première Schola par ce qui est aujourd'hui la rue Péguy, se trouvait le Patronage de Nazareth et sa chapelle.

Reste de cette fin du 19e siècle l'église Notre Dame des Champs, ici sur une carte postale de l'époque :

Schola-1--ND-des-Champs-vers-1900.jpg

Lorsque la Schola Cantorum s'est installée, l'église, terminée par l'architecte Léon Ginain en 1876, avait tout juste 20 ans. L'orgue avait été commandé à Aristide Cavaillé-Coll, dont les ateliers étaient tout près, avenue du Maine, et qui était paroissien de Notre Dame des Champs. Alexandre Guilmant ne pouvait qu'apprécier le fait, et c'est un petit orgue du même facteur qu'il a installé à la Schola pour la rentrée 1898. Guilmant, avec César Franck, Charles Gounod, etc. avait fait partie du jury, en 1877,  pour la désignation du premier organiste de l'église, l’alsacien Auguste Andlauer.

Actuellement, à l'emplacement de la première Schola, un bâtiment style années 30 occupe l'angle de la rue Stanislas et du boulevard (n° 93).

Schola-1--immeuble-93-Boulevard-du-Montparnasse.jpg

Il a abrité pendant de nombreuses années la Direction de l'Aviation Civile. Puis la Ville de Paris lui a donné une autre destination, non résolue à cette date. Si cela vous intéresse voyez d'un clic ce qu'en dit la Ville le 17 octobre 2011, le Maire UMP du 6e arrondissement, Le Figaro, ou L'Humanité.

Les articles de René de Castéra sous le titre Dix ans d'action musicale, dans la Tribune de Saint Gervais en 1900 et 1901, parlent des débuts de la Schola Cantorum. Leur lecture fait revivre ces fantômes. Avant que nos pas nous conduisent vers la rue Saint Jacques, notre dernier regard vers cette première Schola tombe sur les crocus du square Ozanam, photographiés en février 2013.Schola 1, crocus square Ozanam, BC, 26 février 13

Partager cet article
Repost0

commentaires