Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 18:21
L'église était pleine.
Pour un concert. Passe-temps que certains peuvent juger bien profane – n'y a-t-on pas entendu le Carnaval Romain – mais qui pourtant stimule et élève l'esprit.
Et d'ailleurs cette église n'est-elle pas placée sous le signe de la musique ? En y entrant des chanteurs de pierre nous accueillent. On me dira que Charles Bordes s'est occupé d'abord de musique sacrée, que ce sont des neumes * grégoriens que lisent les chanteurs de pierre. Peut-être, mais la réalité est plus riche que cela. Charles Bordes a vécu sa courte vie dans et pour la musique, multipliant dans le pays les ouvertures d'écoles de musique, au détriment d'une œuvre personnelle pourtant prometteuse. C'est-à-dire agissant pour rapprocher la musique des gens. Il y a là une volonté de démocratisation de l'art qu'il faut souligner.
D'autres, aujourd'hui, continuent sous des formes diverses, comme par exemple par les Rencontres Musicales de l'Est Tourangeau.
 
Mais revenons à Charles Bordes. En cette fin du 19e siècle, la Schola Cantorum était parfois étroitement nationaliste, et un Vincent d'Indy que Charles Bordes avait placé avec lui à la tête de l'institution avait des positions idéologiques inacceptables.
Mais sa musique merveilleuse (pensez à la Suite cévenole) contredit et dépasse ce qui est intolérable chez l'homme. D'Indy, le compositeur, puisant dans ses racines occitanes, vient ajouter un chatoiement à la musique française. De même Charles Bordes occupe ses nombreux voyages dans l'hexagone à collecter la musique du peuple, comme l'attestent sa Rhapsodie basque ou ses Chansons du Languedoc.
"Il sent que la vraie musique est là, celle qui part du cœur et y revient, dans un jaillissement libre et spontané de la mélodie…" (Abbé B. Bordachar, Charles Bordes et son œuvre, Pau, 1922).
Une diversité magique qui donne à la musique son universalité, sa capacité de s'adresser à tous. Comme l'autre soir, le 8 février, avec Berlioz, compositeur français par excellence, ce Carnaval Romain.
 
L'église était pleine.
Mais paraît-il, il y avait à peine une douzaine d'habitants de la commune, en plus des G.O. (les "Gentils Organisateurs", comme on dit au Club Med). Je n'ai pas compté, car la musique était là. Doit-on conclure, de cette faible présence communale, que cela ne vaut plus la peine de dépenser un centime d'euro pour ces Rencontres ? Mais ce concert avait répondu à une attente, et bien entendu, la prochaine fois les Vouvrillons y seront plus nombreux.
 
Et donc que la musique continue de vivre à Vouvray ! Ce n'est pas un vague souhait, sans substance : il s'appuie sur les réalisations remarquables de ces Rencontres Musicales de l'Est Tourangeau. L'Ensemble Carpe Diem que nous écoutions ce soir-là, en remettant à l'honneur les transcriptions, nous surprenait en donnant une proximité à de grandes œuvres symphoniques.
Leur souffle libérateur passait sur le public. Nous n'étions finalement pas si loin des neumes de Charles Bordes.
 
- - - - -
* neumes : ce sont des signes d'aspect anguleux utilisés au Moyen Age pour la notation du chant grégorien (du grec neuma, souffle). En observant le monument à Charles Bordes, vous remarquerez que ce détail a été respecté par le sculpteur. A ce propos, quelqu'un sait-il quelque chose sur l'artiste, qui signe Bruno ? Pour ma part, je n'ai pas su trouver.
 monument, 8843.
 
 
 
[Petite commémoration : ce texte est paru dans l'Autre Journal, publication de l'opposition municipale à Vouvray, en mai 2003. L'occasion en était un concert donné par les RMET, à l'église de Vouvray, le 8 février de la même année.
Les lecteurs de ce blog n'apprendront pas grand-chose sur Charles Bordes. L'article reste un peu sommaire ; du chemin a été parcouru depuis. La citation de l'Abbé Bordachar, prise hors contexte, en fait un romantique, ce qui n'est pas tout à fait juste.
Si vous voulez entendre le Carnaval Romain de Berlioz, je vous propose l'interprétation qu'en donnait l'Orchestre Symphonique de Detroit en 1959, sous la direction de Paul Paray.
Il n'y a pas eu de commentaire, ni de réponse à ma question. Il est maintenant possible de savoir quelque chose sur Médéric Bruno. BC]
 
Partager cet article
Repost0

commentaires