Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 09:48

 

Charles Bordes a écrit peu de mélodies. Une quarantaine environ. On peut trouver la plupart assez facilement, mais quelques-unes sont bien cachées.

Deux recueils consultables dans les principales bibliothèques en regroupent l'essentiel. Il s'agit de :

- Dix-neuf œuvres vocales, Paris, Rouart, Lerolle & Cie, 1914

- Quatorze mélodies, Paris, Hamelle, 1921.

Dans les deux cas les mélodies, dont beaucoup existaient séparément, ont été revues à partir des manuscrits par Pierre de Bréville, contemporain de Charles Bordes à la Schola. Dans son discours pour l'inauguration du monument de Vouvray en 1923, il raconte comment Charles Bordes, alors étudiant, lui a fait connaître sa première mélodie, intitulée Avril, sur le poème Vieil air d'Aimé Mauduit. C'était en 1883, Charles Bordes avait 20 ans.

Les deux recueils regroupent trente trois mélodies. Restent les autres. L'auteur de ces lignes a trouvé les poèmes. Ils figurent dans la plaquette publiée par la Bibliothèque Municipale de Vouvray : Les mots sous la poésie, Charles Bordes et ses poètes (BMV, 2009). Mais il n'a pas su trouver les mélodies proprement dites.

La mélodie sur le poème de Verlaine Colloque sentimental (Dans le vieux parc solitaire et glacé…) est mentionnée comme étant le supplément de La Revue Musicale du 1er août 1924. Ce supplément a disparu dans l'exemplaire consulté à la BNF, rue Richelieu. Il faudrait mieux chercher ailleurs et peut-être des collectionneurs l'ont-ils. Elle est chantée par Susan Bickley dans le CD Voices, vol. 2 : Half close your eyes, sorti en mai 2003.

D'autre part, Les trois mélodies,  (Chanson triste, Sérénade mélancolique et Fantaisie persane), sur des poèmes de Jean Lahor, constituent l'opus 8 de Charles Bordes ; elles ont été publiées (chez Le Bailly et O. Bornemann).

Il faudrait localiser les manuscrits. Il y a probablement un sonnet de Baudelaire, peut-être Green de Verlaine (Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches…) que Ruth L. White qualifie de "mélodie introuvable". Il y en a vraisemblablement d'autres.

Pour terminer, quittons la localisation des mélodies pour dire deux mots du contenu. Si on considère seulement les deux volumes mentionnés plus haut, sur 33 mélodies, 15 sont sur des poèmes de Verlaine, les autres sur des textes divers d'auteurs connus aujourd'hui (Hugo, Francis Jammes, Jean Moréas) ou moins connus, voire pas du tout (Maurice Bouchor, Jean Lahor, Camille Mauclair, Aimé Mauduit, Louis Payen, Léon Valade, etc.)

On notera que dans le recueil de 1914 (Dix-neuf œuvres vocales), les types de voix auxquelles les mélodies conviennent est indiqué : voix élevées, moyennes ou graves (peu) et qu'une mélodie est un duo pour soprano et ténor. Il s'agit de L'Hiver sur un poème de Maurice Bouchor. On notera surtout, dans le même recueil, que le Madrigal à la Musique (sur une traduction par Maurice Bouchor d'un poème de Shakespeare), essentiel pour comprendre Charles Bordes, les lecteurs de ce blog le savent bien, est un chœur (le seul) à 4 voix mixtes (sopranos, altos, ténors et basses).

Chaque pièce a un dédicataire, ami, musicien, compositeur, mélomane, tous réunis par la musique. La présence de chacun donne un sens particulier à la mélodie. Ainsi, l'Epithalame sur un poème de Paul Verlaine, composé à Nogent-sur-Marne en 1888, est dédié à Alfred Ernst, critique musical à La Vie Contemporaine, qui écrira quatre ans plus tard à Verlaine pour l'inviter de la part de Charles Bordes à suivre la Semaine Sainte à St Gervais.

Ce billet voulait d'abord être une aide et répondre à la question : Où sont les mélodies ?

Maintenant il faut entendre ces mélodies.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 22:48

 

Le sixième billet de ce blog, intitulé "Une photo" vous montre, parmi d'autres personnes, Charles Bordes dans un portrait saisissant. On m'a demandé d'être plus précis à propos de ce document, le billet étant jugé un peu "flou". Pourtant il y est dit des choses assez justes, notamment l'année (1906), le photographe, etc., mais on peut encore améliorer tout ça. Cette photographie est souvent publiée. En plus des références données dans le billet du 8 février, on la trouve dans le n° 155 (janvier 1988) de la revue Zodiaque, consacré à Déodat de Séverac.

En attendant la publication du journal inédit de Ricardo Viñes (Ricard en catalan) par les Presses de l'Université de Montréal (prévue pour 2011 ; ce sera un livre numérique, avec l'original du journal en catalan) ; on trouve, ici et là, de précieux éléments d'information qui en proviennent. Notamment dans les Ecrits sur la musique (Liège : Mardaga, 1993) où Pierre Guillot rassemble et annote des textes de Déodat de Séverac et dans les actes du colloque La musique à la Belle Epoque (Musée d'art Gustave Fayet à Fontfroide, 2010), où les faits sont donnés par Jean-Bernard Cahours d'Aspry dans sa communication : "Déodat de Séverac, Ricardo Viñes et leurs amis de Fontfroide".

La photographie a été prise le 18 septembre 1906 (c'était un mardi) à Saint Félix de Caraman (comme on disait à l'époque ; c'est après 1921 qu'on a parlé de Saint Félix Lauragais) par le Docteur François de Vésian (s, pas z). Ses nombreuses photos (à notre connaissance non publiées) sont une chronique de l'époque et des milieux artistiques que François de Vésian fréquentait. Dans l'ancien atelier de Gilbert de Séverac, Ricardo Viñes joua ce jour-là, nous dit Cahours d'Aspry, "des Etudes de Chopin, le Scherzo en ut mineur de Schumann, de l'Albéniz, et de Séverac, son Hommage à Gauguin."

Pierre Guillot nous donne les noms de tous les personnages de la photo. Nous n'énumérerons pas ces parents et amis de Déodat, mais dirons quelques mots de la petite-fille à droite. C'est Françoise de Bonnefoy, que tous appelaient Césette, née le 18 mai 1905. Elle a un an et quatre mois. Son oncle et parrain, Déodat de Séverac, lui dédiera "Les caresses de Grand-Maman", pièce publiée en 1911 dans le recueil "En vacances". Elle nous regarde et nous interroge. La musique l'habite, elle aussi.

 

Un peu auparavant, début juin, Déodat de Séverac avait participé au "Congrès du chant populaire de langue d'oc" organisé par Charles Bordes à Montpellier. Il en parle dans la revue Musica (n° 111, décembre 1911, p. 241) : "La chanson populaire du Languedoc et du Roussillon nous apparut comme une Muse antique, capable d'inspirer tour à tour, l'élégie et le drame, toute la joie et toute la douleur."

Toujours dans le livre La musique à la Belle Epoque, on sait que Viñes, Charles Bordes, d'autres sans doute, et bien sûr Déodat de Séverac, se sont retrouvés à Saint Félix exactement un an après, le 17 septembre 1907, ce que confirme Marc d'Angelo dans sa communication.

Dans la photo dont nous parlons, Charles Bordes, lui, est à gauche. Son avenir est bref, mais l'année 1907 sera occupée par Castor et Pollux de Rameau qu'il montera et dirigera fin janvier 1908 au théâtre de Montpellier (Déodat de Séverac y assistera), et la partition d'Atys de Lulli ne le quittera pas (voir ce qu'en dit Paul Dukas dans La Revue musicale du 1er août 1924) ; il ne cessera de travailler la musique baroque. Quant à la musique populaire, elle ne cesse de "l'inspirer", pour reprendre l'expression de Déodat de Séverac. Nous n'oublions pas son opéra inachevé, Les trois vagues, sur des thèmes basques.

Charles Bordes, mort en novembre 1909,  ne fera pas partie des "fonfroidiens" dont deux – essentiels – sont sur la photo. Mais il les connaît tous. Fin janvier 1908, l'abbaye de Fontfroide sera achetée par Gustave Fayet et son épouse ; les travaux de restauration viendront ensuite. Sauvée du déclin, elle fera rayonner l'art jusqu'à nos jours. Déodat de Séverac, Ricardo Viñes, Odilon Redon, marqueront le début de ce foyer culturel.

Nous en reparlerons.

portrait--chez-Deodat-de-Severac--la-petite-fille.jpg

Partager cet article
Repost0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 23:07

 

La dernière mélodie écrite par Charles Bordes, en juin 1908, c'est Paysage majeur, titre d'un poème de Louis Payen. Nous ne sommes pas surpris d'y lire l'éloge d'un soleil fort qui apporte la vie et l'énergie à ceux qui en ont besoin.

Mais je m'offre au soleil ardent car j'ai voulu

Qu'un lumineux baiser descendit dans mes veines.

Charles Bordes, malade, vivait à Montpellier depuis novembre 1905 au Mas Sant Genès, et il y trouvait cette chaleur dont son corps avait besoin. Pour Charles Bordes, jeune encore, mais arrivé presque au terme de sa vie, c'est la recherche de la transfusion impossible de

sa force de l'Été

que cette mélodie exprime.

On la trouve dans le recueil Dix-neuf œuvres vocales (éditées par Pierre de Bréville, Paris : Rouart, Lerolle & Cie, 1914). Elle est dédiée à la soprano Emma Calvé.

 

L'écrivain Louis Payen, de son vrai nom Albert Liénard, est bien oublié aujourd'hui. Il est né à Alès en 1875. Il collabore à diverses revues, comme La coupe de Montpellier, entre 1895 et 1898, où il prend son nom d'écrivain, et à Paris Messidor, La revue dorée, le Mercure de France ou L'Ermitage. Déjà dans La coupe, on peut lire des textes de lui, notamment des sonnets, et aussi de Maeterlinck, Rodenbach, Gide ou Viélé-Griffin, et de Francis Jammes et Camille Mauclair, ce qui nous rapproche de Charles Bordes.  La mort de Verlaine, en 1896, a été longuement lamentée par la revue.

On lui doit (liste non exhaustive) des poèmes : A l'ombre du portique (1900), Persée (1901), Les voiles blanches (1905), Le collier des heures (1913), La coupe d'ombre (1925); des romans : La souillure (1905), L'autre femme (1907) ; du théâtre : L'amour vole (1904), La tentation de l'Abbé Jean (1907), Les amants de Ferrare (1922), La Princesse d'amour (1923), L'Imperia (1928). Il écrit plusieurs drames lyriques pour Henry Février, Camille Boucoiran ou surtout Massenet, comme Cléopâtre en 1914 avec ce dernier, en collaboration avec Henri Cain. Il est connu comme librettiste. Dans les années 20, il est secrétaire général de la Comédie française où il organise des matinées littéraires et fait dire de la poésie. Il meurt à Epinay en 1927.

 

L'incertitude existentielle, exprimée par la fin de Paysage majeur :

Et j'élève mon coeur, ce coeur irrésolu
Qu'attriste son bonheur et que charme sa peine,

le poète l'exprime de façon sensuelle dans le poème Jeux de lumière (paru dans Les voiles blanches en 1905) :

…et mon âme

Comme les feuilles d'or joue avec la clarté.

On retrouve ces thèmes quelques années plus tard dans le poème Conseil (paru dans Le collier des heures en 1913) :

Le jour est devant moi comme un gâteau de miel ;

un flot de clarté rousse et blonde, au bord du ciel,

ainsi qu'une liqueur de son urne trop pleine

coule glisse et s'étend au-dessus de la plaine. 

Et la même incertitude apparaît, avec cette fois la passivité de ce que les épicuriens appelent le plaisir en repos :

O mon âme, que feras-tu de la journée ?

Sauras-tu savourer l'heure qui t'est donnée,

longuement, simplement, sans désirs, sans ennui,

comme un parfum de fleur, comme la chair d'un fruit ?

Cette hésitation peut être surmontée comme dans ce poème La vie est devant moi, publié dans le numéro d'octobre 1903 de la revue L'Ermitage :

La vie est devant moi comme un jardin ouvert,

avec ses fleurs, avec ses fruits, ses parfums lourds,

ses bassins lumineux où frémit un flot vert,

ses nuages furtifs dont l'indécis contour  

érige dans l'azur la nacelle des rêves,

avec ses frais taillis où s'assied l'ombre brêve

C'est un carpe diem pour ce début du 20e siècle :

Je veux mordre tes fruits, vie ardente et légère ;

que leurs sucs bienfaisants nourissent mes plaisirs !

Stuart Merrill écrit dans La Plume (n° 284, 15 février 1901, p. 102), soulignant au passage ce choix d'un nom d'écrivain :

"Une âme passionnée sensible et païenne s'y débat contre ce que les aïeux lui ont légué de religieux, de mystique et de contraint. Voici vraiment souffrir et se plaindre un poète."

Il faut certes distinguer le poète et le musicien. Sans aller jusqu'à le qualifier de paganiste, on voit bien que Charles Bordes doit aussi être perçu de façon différente.  C'est ce poème qui lui a apporté sa dernière inspiration.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 08:51

Yes, you have read the title of this post.

What joy ! But it is entirely false. Unfortunately, Charles Bordes is not famous. He is sometimes known as a teacher, and rarely, if ever, as a composer.

Nevertheless, we thought that our readers who know English would like to read the following lines. They were written by Jamie Farris, a journalist who lives in the Pacific Northwest, and dated June 14, 2006.

Some English has been corrected to make it understandable. Note that the sentence "When the symphony was first performed, it was labeled a junior." was left as it is. We don't know what it means exactly.

We have added a few notes, where our disagreement was too strong. They can be found at the end, after the article.

Should you want to read something more trustworthy about Charles Bordes, can we refer you to the Grove dictionary In French, find the chapter on Charles Bordes in Octave Séré, Musiciens français d'aujourd'hui (Paris, Mercure de France, 1915).

Charles Bordes was born May 12, 1863 in La Roche-Corbon (1), France. Bordes was a French music teacher and composer. Although teaching was said to have been his passion, composition was the direction he wanted to go with his life (2). 
Bordes studied pianoforte (3) with Antoine François Marmontel, who was a renowned French pianist and teacher. Marmontel's other students included Georges Bizet, Vincent d'Indy, Emile Paladhile, Louis Diémer, Francis Planté and, one of his more famous students, Claude Debussy (4). Bordes was pleased to be allowed to study with the man he considered a master. He is counted among Marmontel’s most celebrated (5) students. Bordes also studied composition with César Franck, another renowned teacher and composer. Bordes is said to have been greatly influenced by Franck’s instruction. This was an important beginning for Bordes because he would later reunite with some of these same men and create one of the most powerful revivals in music of all time (6). 
Bordes was an organist and maître de chapelle at Nogent-sur-Marne for four years beginning in 1887. It was here that his musical direction really took off and he saw what he considered to be his mission. In 1890 he became maître de chapelle at the église Saint-Gervais in Paris, which he made the center of the study and practice of 15th-17th century vocal music. This study became his passion. Bordes saw a decline in what he considered one of the greatest forms of music of all time, choir music. He spent a great deal of his life (7) trying to revive it and succeeded to some degree. 

Bordes first symphony (8), the Symphony in C Major, was written at the Paris Conservatory when he was only seventeen years old. It is said that it began as an assignment. When the symphony was first performed, it was labeled a junior. An astounding piece for a seventeen-year-old boy, the symphony is said to bear an amazing stylistic resemblance to the music of Franz Schubert, a pianist whose work went undiscovered for a long time and then was hailed as groundbreaking.

It was in Paris that Bordes created the Saint-Gervais singers choir. The choir became known throughout the world and in 1892 organized the Saint-Gervais holy weeks. Bordes created a program where mass was accompanied by French or Italian renaissance music. This practice still remains in some European churches today as well as some in the United States (9). Many believe that the act of involving music within church services began  (10) with Bordes. Today most organized churches have a musical program. 
In 1897 Bordes published Archives de la tradition basque, an ethnomusicological study. The study was commissioned by the French minister of public education (11) and also continues in use today throughout French schools (12). Bordes wanted to create a musical study that addressed the many aspects of ethnomusicological study and when he did so it was so widely accepted so quickly that many of the masters also took part in familiarizing themselves with his ideals. 
Bordes founded the Schola Cantorum, a society for sacred music, with Vincent d'Indy and Alexandre Guilmant, two other musicians with whom he had studied at the Paris Conservatory (13). On October 15, 1896 the Schola Cantorum was inaugurated and a piece of music history was born. The Schola Cantorum was responsible for reviving interest in plainsong (14) and the music of Palestrina, Josquin des Prez, Victoria and others who many had thought long forgotten (15). Many other music scholars and renowned pianists took part in Schola Cantorum over the years. These societies were so important to the music world of the time that Bordes went on to begin another one in Avignon and another in Montpellier. It had been his desire to see branches of the society throughout the world. 
Bordes died on November 8, 1909 in Toulon. He is credited today for being a choirmaster and musicologist who helped in reviving Renaissance polyphonic choral music.

 

Jamie Farris

 

 

NOTES

 

1. There is no such place. There is a village called Rochecorbon, and it is true that some lands belonging to La Bellangerie (where Charles Bordes was born) are situated in Rochecorbon, but it is situated in Vouvray, the village upstream on the Loire valley. His father, Frédéric Bordes, was mayor of Vouvray.

2. True. Charles Bordes was a frustrated composer. Until the end he worked on his opera Les trois vagues, but left it unfinished. The article does not say a word about his mélodies, they are few (about 36) but constitute a highly personal and original production.

3. Did he ? He studied the piano

4. True.

5. Who ? Charles Bordes ? Please !

6. By now the reader is aware that exaggeration is the characteristic of this post.

7. His whole life : Charles Bordes died young, aged 46. Musical pedagogy was all his life. He sacrificed his personal creation to it ; a few pieces survive, they are all the more precious.

8. The whole paragraph is wrong. To our knowledge, Charles Bordes first instrumental piece is the Suite basque (his op. 6), first published by S. Bornemann in 1887. It is for flute and quartet and was later transcribed for piano four hands by Ernest Chausson. He never wrote a symphony.

9. How wonderful !

10. Church music existed before Charles Bordes. The paragraph repeats received ideas about Charles Bordes. Besides liturgical music, Bordes was interested in profane music : Basque folklore and also baroque composers. Charles Bordes directed in Montpellier Jean-Philippe Rameau's Castor et Pollux. He had a keen interest in Lulli's Atys. Before he died he was never without the score of that opera (cf the testimony by Paul Dukas in La revue musicale, 1er Août 1924).

11. We suppose the author means "ministry". The name of this institution was "Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts". Charles Bordes work was commissioned by the "Beaux-Arts" section. Today, the two fields are separated and France has a "Ministère de l'éducation nationale" which deals with education, and a "Ministère de la culture" which deals with art.

12. Not at all.

13. Vincent d'Indy studied at the Paris Conservatoire under Marmontel and Franck, but he was not Bordes's contemporary there. As for Alexandre Guilmant, he was 25 years older than Charles Bordes, and anyway did not study music in Paris.

14. Charles Bordes and his students of the Schola Cantorum made frequent journeys to Solesmes Abbey where Gregorian chant had been revived in the 1830s by Dom Guéranger.

15. Were they really forgotten?

Partager cet article
Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 08:59

 

Deux billets ont évoqué Verlaine en 1892.

Il était invité par Charles Bordes à assister aux concerts de la Semaine Sainte à Saint Gervais et un peu plus tard, il demandait à l'absinthe de lui donner l'oubli.

La même année, Odilon Redon élaborait ce pastel :

Redon--La-cellule-d-or--c.-1892.jpg

c'est "La Cellule d'Or", aujourd'hui dans les collections du British Museum et présentée à l'exposition de Paris (et bientôt de Montpellier).

Nous ne savons pas si Charles Bordes connaissait cette œuvre en particulier, mais il aimait ce que faisait Odilon Redon. Il avait vu les "noirs", si tourmentés. Avec la couleur, l'or et le bleu, il y a dans ce profil une image apaisée de l'introspection qui convient si bien au compositeur.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 20:31

 

En 1883, Charles Bordes  (âgé de 20 ans…) a écrit une mélodie intitulée Avril sur un poème d'Aimé Mauduit. Il a montré cette mélodie à son nouvel ami Pierre de Bréville (qui évoque ses souvenirs personnels à Vouvray, pour l'inauguration du monument, le 17 juin 1923, cf Les Tablettes de la Schola, 22e année, n° 7, Juin 1923). On peut en déduire que c'était la première qu'il avait achevée, mais Bréville ajoute "Quelques jours plus tard il m'en montrait une autre…". Cette mélodie a été créée le 9 février 1884 à la salle Pleyel par Marthe Ruelle (soprano) ; elle est dédiée à la baronne de Chamorin.

Voici le texte du poème:

 

L'hiver a fui ; dans les allées

Les lilas sont en floraison :

Déjà brillent sous le gazon

Les marguerites étoilées :

Le pommier aux vents attiédis

Livre ses fleurs blanches et roses.

Mignonne, viens cueillir les roses

Le long des sentiers reverdis.

 

Au fond des nids Avril rassemble

Les chantres ailés des forêts :

La fauvette au cri pur et frais

Se suspend aux branches du tremble ;

La source, à travers les roseaux,

Soupire sa plainte chérie.

Mignonne, viens dans la prairie

Chanter au milieu des oiseaux.

 

Par les bois, pleins de douce ivresse,

Deux à deux errent des amants ;

Leurs rires joyeux, leurs serments

Parfument l'air qui nous caresse :

Au hasard, dans l'herbe mouillée,

Ils vont disant des mots confus.

Mignonne, viens sous la feuillée,

Viens dans les verts taillis touffus.

 

On ne sait pas grand chose sur ce poète et en particulier pas ses dates de naissance ni de mort. On ne sait pas non plus ce qu'il faisait dans la vie.

En raison du contenu de son premier recueil, je le fais naître entre 1840 et 1845.

Ses œuvres sont dans le catalogue de la BNF et donc on peut le situer :

1865, Les premières feuilles (aussi sur Gallica)

Paris : J. Tardieu

1866, Les deux Rome (ode)

Paris : J. Tardieu

1868, Stances amoureuses

Paris : Librairie générale des auteurs (Jouaust)

1876, 2e édition où les deux recueils (LPF et SA) sont réunis.

Clermont-Ferrand : imprimerie de Mont-Louis

En 1866 Aimé Mauduit a écrit une préface aux Vieux Noëls illustrés, chants réunis par l'Abbé Rastier, Maître de chapelle à la cathédrale de Tours, Paris : L. Hachette (ce livre est sur Gallica). Il y montre sa connaissance des paroisses de Tours. En tout cas, Charles Bordes savait qu'Aimé Mauduit était sensible à la musique. Et tourangeau peut-être. Son ode Les deux Rome, qui se trouve déjà dans Les premières feuilles, a été couronnée par la "Société des arts, sciences et belles-lettres d'Indre-et-Loire". Cependant, d'après les archives de l'état-civil, Aimé Mauduit n'est pas né, ni mort dans le département. On m'a signalé un Aimé Mauduit marié à Bossé-sur-Claise en 1886, je suis allé aux Archives départementales, ce n'est pas lui, cet Aimé Mauduit-là avait 25 ans en 1889 ; il n'a pas pu écrire des poèmes d'amour en 1865, ou alors il était vraiment très précoce. Il se peut aussi que ce soit un pseudonyme.

 

Dans son recueil Les Premières feuilles, un poème a attiré mon attention. Il s'agit du texte intitulé Moncontour, daté 1856. Ceux qui connaissent bien le château du XVe siècle à l'entrée de Vouvray auront du mal à le reconnaître. Dix ans plus tôt, en 1846, Balzac avait fait part à Madame Hanska de son rêve de l'acquérir. Dans La femme de trente ans (1831) il en avait fait l'évocation suivante :

"un de ces petits châteaux de Touraine, blancs, jolis, à tourelles sculptées, brodés comme une dentelle de Malines"

Même si cette image de la dentelle ne correspond pas à la réalité, les mots étant plus importants que tout, même chez un écrivain réaliste, on la retrouve chez Mauduit :

J'aime surtout ces citadelles,

Ces manoirs aux mille tourelles, 

Aux frontons brodés de dentelles

Comme un palais oriental ;

Cependant, le château d'Aimé Mauduit sent son Moyen Âge. Il y a des ruines et un donjon. Ce n'est pas le Moncontour tourangeau mais, probablement celui du Poitou, au nord du département de la Vienne, en Loudunais (nous ne sommes pas loin).

Cependant ces remparts, ces épaisses murailles,

Ces salles où jadis un joyeux troubadour

Chantait quelque fait d'arme ou quelque lai d'amour,

Ce donjon qui soutint tant de chocs de batailles,

Sous le souffle des ans devaient crouler un jour.

Mais dans une subtile pirouette, le poème Moncontour est dédié à la Duchesse de Massa qui vivait à cette époque-là (et jusqu'à sa mort en 1870) au Château de Moncontour… à Vouvray.

 

Il faut ajouter que le curé de Vouvray, celui qui a baptisé Charles Bordes, s'appelait Charles-Auguste Mauduit. Né en 1812 à Preuilly-sur-Claise, ordonné en 1835, il a été prêtre pendant 51 ans et 31 ans comme curé de Vouvray. Il est mort en 1886, et repose au cimetière de Vouvray (à 20 m environ du tombeau de la famille Bordes-Bonjean). Ce n'est sans doute qu'une coïncidence, mais Charles Bordes ne pouvait que songer à lui en écrivant sa mélodie Avril.

Le recueil Premières feuilles (1865) s'ouvre avec le texte Matinée d'Avril qui annonce le thème de la mélodie Avril, composée à partir du poème Vieil air, "imité de Ronsard" nous dit l'auteur. Le poème de Verlaine, Sur un vieil air, dont le titre rappelle le poème de Mauduit, est plus tardif (1874), comme la mélodie qu'il inspire (1895).

Pour sa mélodie, Charles Bordes choisit donc le titre Avril. Il n'utilise pas tout le poème, dont la fin (Mignonne, viens sous la feuillée) n'est pas assez chaste : les amants vont aller s'ébattre dans les verts taillis touffus. Mauduit savait bien que Ronsard était aussi le poète des Folastries.

J'ai aussi trouvé Aimé Mauduit mentionné dans la Monographie du sonnet publiée en 1868 par Louis de Veyrières (auteur des Chants d'un serviteur de la Vierge en 1856, ça ne s'invente pas…). Il écrit : "…et M. Aimé Mauduit a livré au vent ses Premières feuilles à Paris en 1863." Il se trompe sur la date mais on peut rectifier avec le catalogue de la BNF. Ce qui est important c'est que Aimé Mauduit a réellement existé. Il a publié deux recueils, et il avait des liens avec la Touraine. Nous ne sommes pas surpris que Charles Bordes l'ait choisi.

 

Comme l'a écrit François Le Roux, dans le programme des "Journées Charles Bordes" de novembre 2009, Aimé Mauduit est "obscur", mais il l'est moins, car nous pouvons lire sa poésie, ce qui est essentiel pour un poète.

 

Je voudrais remercier ici les nombreuses personnes qui m'ont aidé dans ce travail sur un auteur bien oublié. Les lecteurs apprécieront ce texte de Claude Perthuis (février 2010) qui se conclut par une biographie fictive, satisfaisante pour ceux qui souhaitent une information plus pipol (comme on dit) :

"Le niveau de tes recherches se situant dans les profondeurs abyssales de l'oubli, je crains fort, hélas, de ne pouvoir éclairer ta lanterne. Cet Aimé Mauduit (un bel oxymore sans le u, soit dit en passant) que tu t'évertues à ramener à la lumière, je ne le connais ni d'Eve ni d'Adam. La seule chose que je puisse faire, c'est de graver son nom sur mes tablettes afin de m'en souvenir le jour où, dans un déballage de vieux papiers, le hasard me mettra sous le nez un document quelconque le concernant.
Pour ce qui est d'Avril, il me semble que  ces pièces légères (comme la plume et non comme l'oiseau) sur le renouveau, composées dans le style ronsardisant, étaient dans l'air du temps, depuis que Sainte-Beuve avait remis au goût du jour les poètes de la Pléiade. Si je ne m'abuse, Nerval a traité le même sujet dans une odelette intitulée également Avril, en référence à un poème de Rémi Belleau. Par ailleurs, il a fait paraître un choix des poésies de Ronsard… etc, avec une introduction assez fournie.

Si ton investigation n'aboutit à rien, il ne te reste plus qu'à inventer de toutes pièces une bio de cet auteur, dans laquelle tu pourrais évoquer son enfance campagnarde, son goût précoce pour la poésie, son emploi de comptable à la perception de Tours (Les premières feuilles), sa folle passion pour Juliette Tournebise (Stances amoureuses), son voyage en Italie(Les deux Rome), son laudateur, ses détracteurs (notamment le critique Henri Danglemaure dont la phrase assassine fit le tour des salons parisiens : "Chez Aimé Mauduit on ne fait pas d'odelette sans casser le bon goût"). Le canular littéraire a sa tradition."

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 20:24

 

Verlaine Paul 13 par Dornac max

 

Un peu plus d'un mois après avoir reçu la lettre d'Alfred Ernst l'invitant à écouter la "très belle musique" que Charles Bordes présentait pour la Semaine sainte, Paul Verlaine était photographié dans "son" café, le "Café François 1er", devant un verre d'absinthe.

La photo a été prise le samedi 28 mai. Le café était situé au n° 69 du boulevard St Michel, devant le Jardin du Luxembourg. Il n'existe plus. Il y a un magasin de chaussures et une entrée du métro (ligne B).Le photographe, Paul Dornac (pseudonyme/anagramme de Paul Cardon, voyez les découvertes sur lui d'Yves di Maria et de Marie Mallard Eymeri) publiait une série de photos intitulée "Nos contemporains chez eux". Le domicile de Verlaine n'était pas montrable, alors Dornac est allé au "François 1er". La photo présentée est dans les archives du Musée Carnavalet. Dans la même série, il y a au moins deux autres photos. Une où Verlaine, le chapeau sur la tête, est assis plus à droite sur la banquette, devant une autre table en marbre, avec un verre de vin rouge, presque entièrement bu. L'autre, c'est la même prise de vue, mais moins cadrée sur l'écrivain et donc on voit mieux ce qu'il y a à droite (l'autre table) et à gauche (une autre salle).

La date sur les cartes (1896) ne correspond pas à la prise de vue. D'abord, en 1896, Verlaine était à l'hôpital où il est mort le 8 janvier. Ensuite, Dornac a bien noté que ses photos étaient faites le 28 mai 1892. On comprend qu'il y a un peu de mise en scène ; les accessoires sont là, le journal, roulé dans sa canne, sur la banquette, et bien sûr l'encre et le papier. Verlaine écrit, il prépare des conférences, sans y croire. Il est "fait", dans ce coin, sans issue, loin dans l'ivresse et le désespoir.

Dans Jadis et naguère, Verlaine avait écrit en 1884 (Amoureuse du Diable, poème dédié à Stéphane Mallarmé) : 

Ah, si je bois, c'est pour me soûler, non pour boire.

Être soûl, vous ne savez pas quelle victoire
C'est qu'on remporte sur la vie…

Dans sa Vie de Mallarmé, Henry Mondor écrit :

"A un banquet d'artistes, en 1893, tandis que, dans la gaieté générale, on riait de voir Verlaine ivre, Mallarmé se détourna pour cacher une larme."

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 22:53

Charles Bordes a publié seize mélodies sur les poèmes de Verlaine, et ils étaient contemporains. Lecteur de poésie, Charles Bordes a toujours choisi des auteurs vivants pour sa musique. L'exception c'est Baudelaire, mort en 1867, dont nous savons que Charles Bordes avait choisi un sonnet pour en faire une mélodie ; le manuscrit est cependant inconnu à ce jour (cf  lettre à Jules Chappée du 30 août 1884, citée par Bernard Molla, Tome III, p. 30 de sa thèse).

En ce qui concerne Verlaine, un document intéressant a été publié il y a quelques années. Dans son livre Verlaine  et les musiciens, (Paris : Minard, 1992), Ruth L. White publie une lettre inédite d'Alfred Ernst, chroniqueur musical pour la Revue contemporaine, du 12 avril 1892, adressée à Verlaine ; on y lit : "Mon ami Charles Bordes, Maître de chapelle de St Gervais, me charge de vous faire tenir le billet ci-contre, vous assurant le droit aux offices de la Semaine sainte en son église – offices où l'on exécutera de très belle musique ancienne (Josquin des Prés, Allegri, Palestrina, Vittoria, Corsi, etc…)" . Ruth L. White conclut : "on peut déduire avec quasi-certitude de la lettre précédente que Bordes et Verlaine se connaissaient."

A notre avis, c'est aller un peu vite. De tels billets étaient envoyés à des personnalités, ce qui était le cas de Paul Verlaine en 1892, célèbre, dominant le milieu littéraire français. Il sera fait Prince des Poètes en 1894 (et mourra en 1896). Certes Verlaine était croyant et pratiquant et il a pu se rendre à St Gervais pendant la Semaine sainte de 1892. Nous ne savons pas s'il y est allé. Nous ne savons pas s'il est allé parler avec Charles Bordes ou s'il est resté dans sa dévotion. Nous ne savons pas s'il a remercié Charles Bordes du billet qu'il avait reçu. Voilà beaucoup de si.

Tous deux sont croyants, et tourmentés. Charles Bordes depuis l'enfance et dans son travail de défense de la musique liturgique, consacré par le motu proprio papal, ce qui ne l'empêche pas de souffrir de l'étroitesse d'un certain clergé. Verlaine devenu pieux depuis la prison belge et qui lit les Pères de l'Eglise, mais prompt à faire "saigner les 98 plaies de N.S" comme l'écrit Rimbaud.

En "politique", tous deux partagent amour et admiration pour le Prince impérial, tué en Afrique en 1879, sous l'uniforme britannique. Les sentiments de Charles Bordes sont exprimés dans ses lettres à son ami Jules Chappée depuis Carlsruhe en mars-avril 1881 (citées dans la thèse de Bernard Molla, Tome III, pp. 33-44). Sur son piano, il a une photo du Prince, "notre bon Prince", il s'attache à des personnes qui l'ont connu, il le révère religieusement. Verlaine écrit dans Sagesse (1881) sur le "Prince mort en soldat…" et ajoute "à cause de la France", ce qui est étrange. On peut y voir une plus grande perspicacité politique chez le poète : Verlaine pense que le jeune prétendant recherchait la gloire militaire, même sous l'uniforme anglais, pour se rendre digne de régner en France.

La communion artistique, de la part de Charles Bordes, était complète. Il a été le premier (avec Debussy) à écrire des mélodies sur la poésie de Verlaine, dans les années 1880. Et en 1903 il écrivait son avant-dernière mélodie, si prenante "Ô mes morts tellement nombreux…" Entre les deux hommes, la rencontre physique et surtout l'échange intellectuel qui aurait pu suivre restent du domaine de l'hypothèse. Bien des points les réunissent sur le plan humain et spirituel. Cette foi religieuse, qui peut être portée douloureusement, et ce besoin d'aller de l'avant, ce "Marche encore !" que nous lisons, que nous entendons dans La bonne chanson

 


Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 19:50

Charles Bordes a probablement écrit une mélodie sur le poème Green de Paul Verlaine ; elle est datée de 1887 par Bernard Molla (Charles Bordes, pionnier du renouveau musical français entre 1890 et 1909, tome II, p. 510) mais la "partition [est] introuvable", note Ruth L. White (Verlaine  et les musiciens, Paris, Minard, 1992, p. 259).

Comme le souligne Bernard Molla, "Verlaine fut le poète avec lequel la secrète entente artistique fut la plus spontanée, la plus intime. Bordes fut en effet le premier – avec Claude Debussy – à aborder le "cœur enfantin et subtil" du pauvre Lelian." On lira dans sa thèse le chapitre sur  "Charles Bordes et la musique verlainienne" (tome II, pp. 460-471). 

Publié en 1874, le poème fait partie du recueil "Romances sans paroles" dans la série "Aquarelles" qui comprend sept poèmes. Ils ont été écrits en Angleterre, parlent de Mathilde mais aussi plus ou moins directement de Rimbaud. Deux de ces poèmes (Spleen, Dansons la gigue) ont été mis en musique par Charles Bordes. L'expression sans paroles exprime le refus du discours et de la grandiloquence, et aussi la recherche d'une poésie dont on écoute le chant, la mélodie.

 

Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous

 

On regrettera longtemps de ne pas savoir ce que Charles Bordes a écrit sur ce poème si attachant et où Verlaine apparaît si vulnérable.

 

Green a été mis en musique par Debussy en 1887 et par Fauré en 1891. Vingt-et-un autres compositeurs sont mentionnés par le "Centre international de la mélodie française".

 

Verlaine--Bazille--1868.jpg

 

Verlaine en 1868 par Bazille (Dallas Museum of Art).

Partager cet article
Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 11:10

Dans la mélodie écrite par Charles Bordes, le mouvement rapide, énergique, du début revient plusieurs fois ; il est en opposition très nette avec le mouvement lent et élégiaque qui porte le texte.

Ce contraste a bien sûr été entendu par de nombreuses personnes. Ce mouvement souligne le leitmotiv du texte de Verlaine qui donne son titre à la mélodie. On se tromperait de n'y voir qu'une invitation, un appel. C'est un cri, ironique et douloureux. Ces remarques veulent en montrer l'arrière-plan.

Le caractère grinçant de l'œuvre a été bien vu par Françoise Masset, dans son interprétation du 8 novembre 2009 salle Thélème à Tours.

 

Il y a une source évidente à la mélodie de Charles Bordes. C'est le chant populaire geordie (Nord-Est de l'Angleterre) "Weel the keel row", classique de ce folklore, et qui date du 18e siècle. Beaucoup l'ont chanté ; à Newcastle et sur les bords de la Tyne, c'était comme un hymne. La jeune fille (lassie) qui chante, dit la fierté qu'elle éprouve en pensant à son ami (my laddie), marin sur une barge (keel) qui transporte le charbon de la Tyne (coaly Tyne). Ce garçon, c'est le meilleur, le plus beau (he's foremost) ; elle insiste sur son attrait physique :

Sae leish, sae blithe, sae bonny.

Sae, vous reconnaissez so et leish est synonyme de blithe qui évoque un corps harmonieux et souple : les termes sont en quelque sorte répétés pour montrer cet éblouissement sensuel. La dernière notation A dimple in his chin évoque cet attrait irrésistible de Johnnie, une "fossette sur le menton".

Voici le texte de la chanson :

 

1. As I came thro' Sandgate,
Thro' Sandgate, thro' Sandgate
As I came thro' Sandgate,
I heard a lassie sing:

 Refrain:
Weel may the keel row,
The keel row, the keel row
Weel may the keel row
That my laddie's in.

 

2. Oh, wha's like my Johnnie,
Sae leish, sae blithe, sae bonny?
He's foremost 'mang the
Mony keel lads o' coaly Tyne. 

 

3. He'll set and row sae tightly,
Or in the dance sae sprightly
He'll cut and shuffle sightly
'tis true - were he not mine.

 

4. He wears a blue bonnet,
Blue bonnet, blue bonnet
He wears a blue bonnet,
A dimple in his chin.

Il me revient, mélange de douleur et de joie, l'enregistrement qu'en avait fait jadis Kathleen Ferrier pour le disque Blow the wind southerly

 

Paul Verlaine connaissait ce chant. Il l'avait probablement entendu. Même à Londres on connaît l'accent geordie. Ce séjour outre-Manche avec Rimbaud lui a laissé des sentiments ambivalents. C'est ce qu'il exprime dans Dansons la gigue, paru en 1874 dans les Romances sans paroles. C'est une des Aquarelles dans Streets. Nous savons que le lieu d'écriture est Soho. Comme ailleurs c'est un masculin qu'il faut entendre quand il dit :

J'aimais surtout ses jolis yeux.

C'est aussi la douleur de cet amour défunt :

Elle est morte à mon cœur

qui s'achèvera – on le sait – par le coup de pistolet de Bruxelles.

Ce qui reste pour le poète, ce sont ces colloques avec l'autre poète :

je me souviens

Des heures et des entretiens,

Et c'est le meilleur de mes biens.

A partir de ces échanges précieux, Verlaine écrira en 1888 son chapitre sur Rimbaud dans Les poètes maudits. Pour le reste, et pour employer une expression moderne, le coming out de Verlaine n'a pas eu lieu, et d'ailleurs l'Angleterre était un lieu dangereux, même pour des "adultes consentants", comme l'histoire l'a bien montré. Et il était également impossible en France, d'où la transposition masculin/féminin.

 

Les mélodies ont souvent un dédicataire ; nous notons, sans en faire un roman, que Charles Bordes dédie celle-ci à son ami Paul Poujaud. En 1890, écrivant cette musique sur le poème de Verlaine, Charles Bordes utilise l'air populaire en ouverture et en thème obsédant. Il marque ainsi ce lien étroit avec l'Angleterre. Ce qui parlait au poète comme l'évocation d'un corps

sae leish, sae blithe, sae bonny

parlait aussi au musicien.

Partager cet article
Repost0